Conseil économique, social et environnemental, agroécologieLe Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de rendre son avis sur le rapport « La transition agroécologique, défis et enjeux », présenté par Madame Cécile Claveirole, rapporteure au nom de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation.

L’agriculture française doit faire face à 8 « défis majeurs » :

I. LE DÉFI DE L’ALIMENTATION
II. LE DÉFI DE LA SANTÉ
III. LE DÉFI ÉCONOMIQUE
IV. LE DÉFI SOCIAL
V. LE DÉFI SOCIÉTAL
VI. LE DÉFI ENVIRONNEMENTAL
VII. LE DÉFI TERRITORIAL
VIII. LE DÉFI TECHNIQUE

Le Premier ministre souhaite connaître les « conditions et modalités selon lesquelles les systèmes de production agroécologiques peuvent apporter des réponses à ces enjeux ».

L’AGROÉCOLOGIE, UNE RÉPONSE ADAPTÉE ?

« Discipline scientifique au carrefour de l’agronomie et de l’écologie, l’agroécologie peut, à travers les pratiques qu’elle promeut, contribuer à relever ces défis en transformant l’agriculture pour aller vers des systèmes alimentaires plus durables ».

Ce chapitre présente une « analyse des freins et des leviers à son développement » :

I. QUELLE(S) DÉFINITION(S) DE L’AGROÉCOLOGIE ?

II. L’AGROÉCOLOGIE : OÙ EN EST-ON AUJOURD’HUI ?

  • Les démarches agroécologiques dans le monde,
  • Le « projet agroécologique » français,
  • La progression de l’agroécologie en France,
  • L’agroécologie : des résultats probants à différents titres :
    • Amélioration de la fertilité des sols et augmentation des performances agronomiques,
    • Réduction des coûts, autonomie et résilience des systèmes de production,
    • Maintien d’emplois et
    • Amélioration des conditions de vie des agriculteur.rice.s et valorisation de leur métier, et
  • Les démarches collectives : levier essentiel pour favoriser la transition agroécologique

III. LES FREINS À L’ESSOR DE L’AGROÉCOLOGIE

LES PRÉCONISATIONS

Le CESE formule ici « un ensemble de préconisations en matière de recherche, de formation, d’adaptation des filières agroalimentaires, de réorientation des politiques publiques pour accompagner les agriculteur.rice.s dans la transition agroécologique » :

I. PRÉCISER LA DÉFINITION DE L’AGROÉCOLOGIE ET MESURER SON DÉVELOPPEMENT

II. SENSIBILISER LA SOCIÉTÉ POUR ALLER VERS UNE « ALIMENTATION AGROÉCOLOGIQUE »

III. RÉORIENTER LES PRIORITÉS DE LA RECHERCHE SUR L’AGROÉCOLOGIE

IV. ADAPTER TOUS LES DISPOSITIFS DE FORMATION À L’AGROÉCOLOGIE

V. ACCOMPAGNER LES AGRICULTEUR.RICE.S DANS LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE

VI. AGIR À TOUS LES NIVEAUX DES FILIÈRES

  • Orienter les productions vers l’agroécologie,
  • Favoriser la transformation et la commercialisation des produits au sein des territoires et
  • Réorienter les filières vers l’agroécologie.

VII. RÉORIENTER LES POLITIQUES PUBLIQUES ET LES AIDES POUR FAVORISER LA TRANSITION VERS L’AGROÉCOLOGIE ET ASSURER LEUR COHÉRENCE

  • Mobiliser les collectivités territoriales,
  • Assurer la cohérence de l’action nationale au service de l’agroécologie,
  • Organiser les outils et les soutiens de la PAC en fonction de l’objectif agroécologique,
  • Affirmer l’agroécologie comme un objectif de l’UE notamment en matière sociale et de lutte contre le réchauffement climatique et
  • Défendre la démarche agroécologique dans les organisations et les négociations internationales.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire le rapport complet et sa note de synthèse. Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *