Le 27 novembre s’est tenue une conférence de presse organisée par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) à l’Institut Océanographique de Paris. Cette organisation a pour mission de soutenir et d’agir avec la recherche pour accroître les connaissances pour la biodiversité, en mobilisant les instituts de recherche, mais aussi les collectivités, les associations ou encore les entreprises.

La FRB a ainsi pu présenter ses derniers travaux, issus de sa dernière synthèse et de la Journée FRB en septembre dernier qui a porté sur ces sujets, sur le thème de l’alimentation et de la biodiversité. La Fondation a également introduit la venue de l’IPBES, en quelque sorte le « GIEC de la biodiversité » dont le comité est animé par la FRB, à Paris en avril 2019. Cette instance scientifique et politique mondiale est chargée de fournir à tous les décideurs les meilleurs éléments probants disponibles concernant les populations et la nature.

L’IPBES à Paris : un premier pas vers un accord mondial pour la biodiversité ?

Du 29 avril au 4 mai 2019, les acteurs de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) se réuniront au siège mondial de l’UNESCO à Paris pour leur 7e session plénière. Y sera présentée la synthèse de l’évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques, élaborée par 150 experts internationaux issus de 50 pays. Il s’agit du premier rapport de ce type depuis la publication du Millenium Ecosystem Assessment (évaluation des écosystèmes pour le millénaire) en 2005, et le tout premier qui soit intergouvernemental.

Cette évaluation a pour but, entre autres, de donner un examen de la biodiversité et la contribution des services écosystémiques, de leur tendance depuis les années 50 et des trajectoires possibles pour 2020 à 2050, afin d’en tirer des projections et des objectifs pour les années à venir. L’objectif est également de pouvoir faire le lien avec les autres initiatives pour l’environnement : les Objectifs Développement Durables, les Objectifs d’Aïchi ou encore l’Accord de Paris.

Les 130 Etats membres représentés devront donc se mettre d’accord sur une version finale du résumé de l’évaluation à l’intention des décideurs, qui doit être présenté le lundi 6 mai 2019. Tout l’enjeu de cette rencontre est d’arriver à cet accord, qui, à terme, engagerait de façon concrète les gouverneurs et décideurs pour la préservation de la biodiversité. On imagine déjà un « Accord de Pékin » pour la biodiversité équivalent à l’Accord de Paris pour le Climat ! Car bien qu’il soit aujourd’hui difficile, pour ne pas dire impossible d’évaluer les conséquences des pertes de biodiversité, une partie de ces dernières sont pourtant déjà irréversibles et nécessite de se mobiliser sans plus tarder.

Le secteur privé est un acteur essentiel dans la protection et la préservation de la biodiversité. De nombreuses entreprises ont montré qu’elles étaient prêtes à s’engager pour la biodiversité, comme le prouve l’initiative Act4Nature qui regroupe 40 entreprises signataires, dont fait partie B&L évolution. La société civile démontre aussi un engagement de plus en plus fort, avec une multiplication des initiatives. A quand l’engagement des décideurs ? Espérons-le au plus tard le 6 mai !

Pour la FRB, un engagement politique fort est désormais nécessaire pour mettre en place un nouveau modèle et éviter l’effondrement

La journée FRB 2018, qui a eu lieu deux mois plus tôt et dont le thème était « Biodiversité, transition alimentaire et santé » a réuni environ 300 participants, pour une douzaine de conférences et de tables rondes. Trois grands sujets ont été abordés : La consommation et la biodiversité ; la biodiversité et systèmes productifs ; les systèmes productifs et la santé, desquels ressort une conclusion générale : un changement de modèle de consommation est aujourd’hui nécessaire et possible, mais nécessite un « accompagnement politique fort ».

Ce changement apparaît par exemple dans nos régimes alimentaires, où il faudrait aller vers une consommation ayant moins d’impacts, à défaut de ne pas en avoir du tout ce qui est impossible. Pour cela, développer des outils de mesure d’impacts est nécessaire, car il existe encore trop peu d’indicateurs (bilan carbone, empreinte biodiversité).

Cette conférence de presse a également permis à la FRB de présenter sa dernière synthèse, une traduction d’une publication scientifique intitulée « Devons-nous choisir entre nourrir l’humanité et protéger la nature ? : Modélisation des liens entre l’environnement et la démographie humaine ». Au vu de la dégradation des services écosystémiques dont nous dépendons pour vivre, au fur et à mesure que la démographie augmente, des chercheurs ont conçu un modèle dynamique pour conceptualiser les liens entre démographie humaine et préservation des ressources planétaires. Ainsi sur les 4 scénarios issus du modèle, un seul propose un futur souhaitable ! Ce dernier serait atteignable uniquement si 40% des terres sont préservées de l’homme et si la population mondiale ne dépasse pas les 10 milliards d’individus.

Ces conclusions ne font que souligner une fois de plus la nécessité d’une mobilisation individuelle et collective, locale et globale. Pour se mobiliser, voici les prochaines dates de la biodiversité à noter dans votre agenda !

Les prochains rendez-vous pour la biodiversité

  • 29 novembre 2018: fin de la COP14 biodiversité. 1ere COP de l’année, elle sera suivie de la COP 24 pour le climat qui débutera le 3 décembre 2018 et de la COP 14 pour la désertification en octobre 2019.
  • 17-18 décembre 2018: Forum Biodiversité et Economie de l’Agence Française pour la Biodiversité. Venez nous rencontrer sur ces journées, B&L Evolution est partenaire du forum et animera des ateliers pendant les deux jours !
  • 9 janvier 2019 : B&L évolution lance un cycle de webinaire sur la biodiversité ! Rdv le 9 janvier pour une première session.
  • 29 avril au 4 mai 2019 : 7e session plénière de l’IPBES à Paris, suivie de la présentation publique du résumé de l’évaluation mondiale à l’intention des décideurs le 6 mai 2019 avec une retransmission en direct en ligne à 15h HAEC.
  • 11 au 19 juin 2020: Congrès  mondial de la nature de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) à Marseille
  • Octobre 2020 : COP 15 pour la Biodiversité en Chine

1 Comment

  1. @Sylvain Boucherand : 65 entreprises ont déjà publié leurs engagements en faveur de la biodiversité (et non 40 😉) . 10 ont rejoint la liste complémentaire. Toutes les entreprises, petites, moyennes ou grandes, de tous secteurs sont invitées à faire de même, La nature concerne tout le monde, à tous niveaux.
    http://www.act4nature.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *