L’urbanisme est reconnu depuis longtemps comme un des paramètres importants des émissions de gaz à effet de serre en France, favorisant ainsi l’artificialisation des sols. B&L évolution propose des actions concrètes à mettre en place pour que les collectivités orientent leurs choix d’aménagement selon les enjeux air climat énergie.

Les politiques locales et nationales d’aménagement et d’urbanisme structurent pour des dizaines d’années nos usages, notre rapport à l’énergie et les émissions de gaz à effet de serre de nos modes de vie. Elles peuvent encourager ou au contraire décourager l’usage de la voiture (stationnement, vitesse…). Elles peuvent raccourcir ou allonger les distances de déplacement favorisant des pratiques de mobilités durables (marche, vélo, transport en commun) ou accentuant la vulnérabilité sociale et la dépendance énergétique du territoire.

La densification de l’habitat limite l’artificialisation des sols, peut permettre la mise en place de réseaux de chaleur renouvelable, favoriser des usages énergétiques sobres ou permettre la mutualisation des équipements collectifs et privés.

Alors que les villes perturbent le climat, jour après jour, le climat perturbe un petit peu plus le fonctionnement des villes inadaptées.

Les choix d’aménagements conditionnent la vivabilité future de nos territoires et questionnent les élus locaux sur leur responsabilité future quant aux choix effectués malgré la connaissance des risques associés aux changements climatiques (inondations, vagues de chaleur…). Malgré l’affichage politique quasi systématique de ces enjeux dans les documents officiels, peu de territoires intègrent des outils concrets et efficaces derrière ces réflexions. Tout comme au niveau national, les politiques locales d’aménagement ne sont pas cohérentes avec les enjeux du XXIe siècle (changement climatique, érosion de la biodiversité…). Sans de nécessaires transformations, les ménages et les acteurs économiques de ces territoires risquent de devenir de plus en plus vulnérables face aux aléas climatiques, à la hausse des prix du carbone et à celui des énergies fossiles.

Depuis 20 ans, les documents d’aménagements ou le plan local d’urbanisme déterminent les conditions d’aménagement et d’utilisation des sols des territoires en fonction des besoins de tous ses habitants et de ses ressources. Pourtant, tandis que l’étalement urbain continue de progresser (diffusion de l’habitat, étalement des zones d’activités et commerciales…), au détriment du climat et de la biodiversité, les collectivités manquent de vision stratégique et de courage politique pour aménager leurs territoires.

B&L évolution publie une étude « Des villes qui perturbent le climat, un climat qui perturbe les villes » dans laquelle sont partagées des actions concrètes pour aider les territoires à construire une politique d’aménagement à la hauteur des enjeux.

Quelles actions pour construire une politique d’aménagement à la hauteur des enjeux ?

Quelle que soit la typologie du territoire, les documents d’aménagement sont un levier d’action indispensable pour mettre en œuvre la réduction des impacts sur le climat du territoire, et son adaptation aux dérèglements climatiques. L’élaboration d’un tel document ne peut donc se faire de manière isolée, et demande aux décideurs d’intégrer de nouvelles problématiques et de nouvelles façons de faire. Voici quelques actions, dont la mise en œuvre est détaillée dans l’étude, qui permettent aux collectivités d’utiliser efficacement leurs compétences pour aménager leur territoire en cohérence avec les enjeux climatiques :

  • Transcrire les engagements climat-air-énergie dans les volets opposables du projet de territoire ou des documents d’urbanisme
  • Connaître et s’approprier la vulnérabilité du territoire au changement climatique
  • Identifier et protéger les terres agricoles et les espaces naturels de l’artificialisation des sols via les documents d’urbanisme et la politique foncière associée
  • Transcrire les enjeux climat-air-énergie dans les opérations d’aménagement
  • Mener une politique de mobilité résiliente aux chocs énergétiques et adaptée à une société post-carbone

Les collectivités qui ont compris les enjeux peuvent se servir de leurs compétences d’urbanisme et d’aménagement pour orienter leurs choix en cohérence. Pour cela, tous les acteurs doivent partager le diagnostic et les élus doivent avoir le courage de dépasser les individualismes pour renoncer à des formes d’urbanisme devenues clairement incompatibles avec notre avenir.

Cette étude leur propose des outils concrets et efficaces pour adapter les règles d’urbanisme à cette nouvelle nécessité : celle de villes intégrées aux écosystèmes, compactes, résilientes, actives, solidaires et partagées.

Pour télécharger l’étude complète : http://bl-evolution.com/portfolio/urbanisme-et-climat-5-actions-pour-construire-une-politique-damenagement-ambitieuse/

5 actions pour construire une politique d’aménagement des villes ambitieuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *