Le dernier rapport de l’ARENE (Agence Régionale de l’Environnement et des Nouvelles Énergies) présente la part de différents secteurs d’activité en matière de consommation d’énergie. Comme on le voit dans le graphique ci-dessous, l’Ile de France est largement au delà des moyennes nationales au niveau du transport, du résidentiel et tertiaire.

<

p style= »text-align: justify; »>

part-consommation-nationale

Les chiffres du secteur transport s’expliquent par la présence de deux aéroports et l’intensité du trafic routier. Quant au secteur tertiaire les écarts sont dus à la présence de nombreux bureaux, sièges, commerce…

<

p style= »text-align: justify; »>En tête de ces consommations du secteur tertiaire (en hausse de 10% depuis 1990) se trouve le chauffage, suivi par les utilisations dites spécifiques (éclairage, TIC, etc.). La

climatisation représente un poste croissant de la consommation. Parmi tous les commerces les boulangeries sont les plus grandes consommatrices d’énergie avec 600 kWh/m²/an contre 120 pour les plus sobres, les concessions automobiles. Ces consommations sont expliquées par le besoin en énergie pour la cuisson, la réfrigération (conservation des produits) et les usages tels que le pétrissage de la pâte. Dans ce secteur le premier poste de consommation est l’électricité avec 42%, ensuite le gaz 29% et le fioul (15%).

Pour l’industrie, trois secteurs représentent plus de 60% des consommations d’énergie, la chimie (34% des consommations et 5% des emplois industriels), les produits minéraux (17% de consommation et 3% des emplois) et la métallurgie (11% de consommation et 6% des emplois). La chimie représente la plus forte consommation par salarié (28,2 tep) soit plus de
7 fois plus que la moyenne régionale pour l’industrie.

On voit donc au travers de ces chiffres où les efforts doivent être fait et quelles sont les économies potentielles pour les entreprises (amélioration de l’isolation, de l’éclairage…). Une fois de plus la norme ISO 50001 accompagne les entreprises dans leurs mesures de réduction de leur facture énergétique ce qui explique que de nombreux industriels se soient déjà engagés dans cette démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *