A l’occasion de la journée mondiale de l’océan, B&L évolution vous apporte son regard et des solutions pour conserver de manière durable les océans et ainsi contribuer à l’ODD 14.

Ce jeudi 8 juin célèbre la journée mondiale de l’océan qui a pour thème cette année « Nos océans, notre avenir ». Cet événement est l’occasion de rappeler l’importance des océans dans notre vie quotidienne. Ils jouent en effet un rôle essentiel dans la santé des humains et au niveau de la sécurité alimentaire. Ils fournissent la plupart de l’oxygène que nous respirons, absorbent les émissions de dioxyde de carbone et constituent une source de nourriture et de nutriments. Ils contrôlent également nos climats et ont une responsabilité dans l’économie mondiale. Malheureusement, les océans sont de plus en plus menacés et dégradés par les activités humaines. L’objectif de cette journée est donc de sensibiliser le public sur l’impact des actions humaines sur les océans et de « conserver et d’exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable », tel que mentionné dans l’ODD 14. Une Conférence sur les océans se tiendra du 5 au 9 juin au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York.  Parce que la santé des océans devrait être une priorité, voici quelques solutions concrètes pour s’engager dans leur protection !

Nous sommes 3 milliards à dépendre de la biodiversité marine !

Aujourd’hui, la gestion des richesses maritimes n’est pas durable, les pressions anthropiques sur la vie aquatique sont trop fortes. Les pratiques d’aquaculture non durables, la pollution des eaux et la surexploitation qui touche plus de 30% des stocks mondiaux de poissons, mettent en danger l’ensemble du système océanique.

L’objectif de Développement Durable n°14 invite les entreprises à se pencher sur la question des océans pour contribuer à protéger la biodiversité et améliorer les conditions de vie des populations qui en dépendent. Sur la planète, 3 milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins. L’océan est un pilier majeur du commerce international. Il joue un rôle important dans l’économie mondiale ainsi que dans l’économie locale des pays dont les sources de revenu dépendent directement du tourisme, de la pêche et d’autres ressources halieutiques. En tout, le marché des ressources et des industries de la mer représente environ 5% du PIB mondial.

Protéger les aires marines et instaurer une exploitation durable des richesses permet de réduire la pauvreté en augmentant les prises d’une pêche réglementée pour de meilleurs revenus et une meilleure santé des personnes qui en dépendent.

Pour répondre aux attentes de cet objectif, les entreprises s’engagent dans la préservation de la biodiversité aquatique en limitant la pollution générée, les déchets plastiques et les impacts sur les écosystèmes marins.
Une coopération internationale est indispensable pour protéger les océans. La paix et la sécurité à travers le monde sont aussi des facteurs requis pour le développement durable international et pour que tous puissent avoir accès aux bienfaits et aux bénéfices des océans.

Analyser les impacts potentiels sur la vie marine

Pour s’engager dans la protection des océans, les entreprises sont invitées à conserver et exploiter de manière durable l’ensemble des ressources et la biodiversité aquatique.

Protéger les océans, c’est analyser les impacts potentiels sur la vie marine de l’ensemble de l’activité de l’entreprise. Par exemple :
– Il est impératif de réduire son empreinte carbone. L’émission de gaz à effet de serre est responsable de l’élévation du niveau de mer et de l’acidification des océans, ce qui porte atteinte aux écosystèmes coralliens, les plus riches au monde.
– Il faut privilégier les produits biodégradables ou limiter au maximum ses déchets, les stocker et les trier convenablement pour ne pas qu’ils finissent dans les océans.
– Il est nécessaire d’assurer un traitement durable de la ressource eau utilisée et s’assurer qu’elle soit déversée dans les réseaux appropriés et limiter les rejets polluants (liquides, plastiques…).
– C’est aussi limiter la pollution lumineuse sur les écosystèmes côtiers et aquatiques qui sont très sensibles à l’introduction de lumière dans leur milieu et qui participent fortement à l’érosion d’espèces.

Il est tout aussi indispensable de prendre en compte l’ensemble des éléments du processus de fonctionnement de l’entreprise qui peuvent être liés à la vie marine et côtière. Identifier fournisseurs et clients pour définir avec eux une politique de gestion durable des mers et des écosystèmes côtiers. Mettre en œuvre et promouvoir auprès de sa chaîne de valeur une pêche raisonnée respectueuse des quotas et de pratiques durables. Intégrer dans les activités de tourisme ou de développement locale une approche particulière des pratiques, pour prendre en compte les enjeux d’érosion de la biodiversité marine et de la préservation des écosystèmes aquatiques.

Il est important de s’investir et participer à des programmes de protection des océans, sensibiliser et éduquer les acteurs, les collaborateurs et l’ensemble des parties prenantes. Il est nécessaire de contribuer à la recherche scientifique pour une meilleure connaissance et une meilleure gestion de l’océan ; en participant financièrement ou en proposant des produits et services à des programmes, agences, associations ou organismes de prévention et de restaurations des écosystèmes marins et côtiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *